Genèse, Chapitre 3

Visiblement le projet de Dieu n’était pas basé sur :

– la souffrance, la domination, la contrainte même du désir (v. 16)

– le travail (v. 17)

– la malédiction des sols, la sécheresse, les épines (v. 18) …

– le banissement, et même la mort (v. 22 et 23)

Adam et Eve n’avaient pas (encore) la connaissance du fait d’être nus.

Peut-être que Dieu les aurait – un jour – ornés de parures, de vêtements magnifiques car toute la bible évoque cet aspect important de la vie humaine et même dans le ciel…

Mais, ils auraient été vêtus par esthétique et non par la honte de leurs corps.

A l’origine la femme ne devait ni subir « l’envie » de son mari ni sa domination.

Où est l’erreur de nos « parents » ?

– ne pas avoir su…

– ne pas avoir compris…

– ne pas être assez « intelligents »…

– immatures…

???

Autant d’excuses que nous pourrions leur donner comme ce que nous faisons envers nous-mêmes, ou envers ceux qu’on aime lors de graves erreurs dites « excusables »…

Leur connaissance n’était pas complète, ça c’est sûr…

Leur maturité pas encore à terme, c’est évident…

– Donc excusables devant Dieu ?

Non, car la seule chose qu’ils étaient appelés à faire (et être) était de lui obéir, d’être confiants en leur Créateur, de croire en Son Amour indéfectible et que si IL leur a dit « ne prenez pas ça »… c’était pour leur bien, comme n’importe quel parent qui donne des consignes de protection  à leurs enfants contre tous les dangers…

Croire, c’est la base absolue de l’obéissance et même de toute relation.

Seul le doute nous conduit à « penser que… « peut-être que... » etc…

Croire, dans l’absolu ne peut être un acte total, qu’envers un être SUPREME, SUPERIEUR à tout autre être vivant. Il est humain de douter des motivations même de nos amis les plus proches, mais pas de Dieu, car il est totalement digne de confiance !

C’est là qu’était leur véritable « libre choix » : croire… ou douter (!)

Placer et garder une totale dépendance envers Dieu génère une obéissance sans faille.

Alors, quand moi je  lui désobéis (?) Ai-je une excuse ? Aucune !

C’est mon assurance de l’Amour de Dieu qui dicte ma conduite, car je sais qu’IL ne veut pas me dompter comme un animal indocile, mais bien au contraire Il veut me protéger et m’éviter TOUT ce qui pourrait me priver de sa présence dans une parfaite communion.

 Mon rappel pour aujourd’hui, me souvenir dès le matin au réveil :

Qu’il n’est RIEN que Dieu me demande qui ne soit dicté par sa bienveillance et son amour envers moi, même ce qui me semble impossible, trop difficile, au-dessus de mes capacités !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code